François Truffaut, les années d'or 

Rétrospective en 7 films

Dernières séances au Lumière Fourmi

Trufaut Restrospective Affiches Films Bandeau 

Retro Truffaut Affiche3

La rétrospective « François Truffaut, les années d’or » propose de découvrir pour la première fois en version restaurée ses sept longs-métrages distribués par les Artistes associés, filiale française de la compagnie américaine United Artists. La collaboration entre cette dernière et les Films du Carrosse, société de production fondée par François Truffaut en 1957, courra sur une décennie, de 1967 (La mariée était en noir) à 1978 (La Chambre verte). Entouré des meilleurs acteurs français de l’époque (Jean-Paul Belmondo, Catherine Deneuve, Isabelle Adjani…), le cinéaste tournera parmi ses films les plus ambitieux, alternant drames d’époque (L’Histoire d’Adèle H. , L’Enfant sauvage) et chroniques contemporaines (L’Argent de poche), s’inspirant aussi bien de Henry James (La Chambre verte) que de l’auteur de romans noirs William Irish (La Sirène du Mississipi).

 

 

L'ARGENT-DE-POCHE-AFFICHE2

Lun 05/09 à 13h50

L'Argent de poche  de François Truffaut
France | 1976 | 1h45
avec C. Mercier, M. Berbert, V. Touly

La vie quotidienne des enfants de la classe de Mlle Petit et M. Richet, instituteurs dans une petite ville du Puy-de-Dôme. Patrick, amoureux de la mère d’un camarade, devient l’ami de Julien, enfant solitaire. Ensemble, ils commencent à fréquenter les salles de cinéma, et surtout les filles...

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"Le plus beau Truffaut : pas de chantage à l’enfant, comme partout aujourd’hui, mais un film en butte à un doute commun sur un moment tellement plein et effacé de notre vie qu’adulte, il nous est impossible de distinguer sa face douce de sa face ferme-cruelle.
Les Inrockuptibles


 

 
LA-CHAMBRE-VERTE-AFFICHE2

Mar 06/09  à 16h

La Chambre verte  de François Truffaut
France | 1978 | 1h35 
avec F. Truffaut, N. Baye, J. Dasté

Julien Davenne vit dans le souvenir de sa femme morte et a aménagé, dans sa maison, une chambre vouée au culte de son épouse...

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"Un film sur le culte des morts. L’un des plus étranges et des plus beaux de François Truffaut."
Télérama


 

 

 

Séance passée


LA-MARIEE-ETAIT-EN-NOIR-AFFICHE2

La Mariée était en noir  de François Truffaut
France | 1968 | 1h47
avec J. Moreau, M. Bouquet, J-C Brialy

Le jour de son mariage, alors qu’elle sort à peine de l’église, Julie voit son mari assassiné sous ses yeux. Personne ne sait pourquoi l’homme était la cible de cette balle. La veuve va alors entreprendre un voyage pour se venger de ceux qui ont tué son mari. Elle tient une liste des cinq responsables, qu’elle compte éliminer un par un...


"Décalque brillant d’un cinéaste admiré, La mariée était en noir est assurément une curiosité dans la filmographie de son auteur. Tous les comédiens sont excellents, de Michel Bouquet à Michael Lonsdale, en passant par Claude Rich, Jean-Claude Brialy ou Charles Denner, dans un rôle mémorable d’artiste "coureur". Truffaut s’en souviendra lorsqu’il construira le protagoniste de L’homme qui aimait les femmes, en 1977."
A voir à lire


 

 
LA-SIRENE-DU-MISSISSIPI-AFFICHE2

La Sirène du Mississipi  de François Truffaut
France | 1969 | 2h03
avec J-P. Belmondo, C. Deneuve, M. Bouquet

Un industriel réunionnais, Louis Mahé, décide de se marier par petites annonces. Il rencontre Julie, une superbe femme, différente de la photo qu’il a reçue. Mais après le mariage, celle-ci disparaît, emportant avec elle tout l’argent de Louis. Il la retrouve en France et découvre qu’elle n’est pas la Julie qu’il devait épouser...

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"Cette Sirène séduit, quand on ne songe pas trop à ses artifices. Dès qu’on perçoit l’effort, le calcul, l’absence de spontanéité, la
platitude, Autan-Lara et Delannoy peuvent se frotter les mains : leur ex-jeune censeur commence enfin de les rejoindre. Après tout, nous vieillissons, et cela fait partie du charme."
L’Obs


 

 
L'ENFANT-SAUVAGE-AFFICHE2

L'Enfant sauvage  de François Truffaut
France | 1970 | 1h30
avec J-P. Cargol, F. Truffaut, J. Dasté

Après avoir été capturé par des paysans, un enfant sauvage est amené au docteur Itard, à Paris. La plupart du monde scientifique le considère comme un attardé, mais le docteur Itard va réussir à éveiller les capacités intellectuelles de l’enfant...

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"Un film à part dans l’œuvre de Truffaut. Singulier par son austérité bressonienne, sa sécheresse intraitable, aux antipodes des harmonies plus souples des autres films. Un an après Mai 68, envers et contre beaucoup, muni seulement d’objets rudimentaires, Truffaut célèbre dans le dénuement la culture et la pédagogie, en s’appuyant sur le cas d’un enfant sauvage de 1798."
Télérama


 

 
L'HISTOIRE-D'ADELE-H-AFFICHE2

L'Histoire d'Adèle H  de François Truffaut
France | 1975 | 1h40
avec I. Adjani, B. Robinson, S. Mariott

Adèle, fille cadette de Victor Hugo, partageait avec son père le talent pour l’écriture. Elle raconte notamment son amour, jusqu’à la folie, pour un officier qui n’éprouve aucun sentiment pour elle...

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"François Truffaut endigue la folie affective de son héroïne dans des gros plans denses et exclusifs, où jamais il n’y a de place pour le partage amoureux. Son but avoué était de faire « un film à un seul ­visage ». Grâce à Isabelle Adjani, l’expérience est unique."
Télérama


 

 
L'HOMME-QUI-AIMAIT-LES-FEMMES-AFFICHE2

L'Homme qui aimait les femmes  de François Truffaut
France | 1977 | 2h
avec C. Denner, G. Fontanel, B. Fossey

À l’enterrement de Bertrand Morane, il n’y a que des femmes. Dans son autobiographie, intitulée Le Cavaleur, cet amoureux de la gent
féminine revient sur sa vie, placée sous le signe de la séduction. C’est sa dernière conquête, Geneviève, qui a obtenu la publication du
livre de Bertrand…

Achat conseillé des places à l’avance, aux accueils ou en ligne

> Lire la suite


"Comme dans Baisers volés ou L’Argent de poche, le cinéaste filme en séquences courtes et énergiques. Et, parce que le film est avant tout un hommage à toutes les femmes, qu’elles soient blondes, brunes ou rousses, jeunes ou vieilles, sages ou aventureuses, il est à mille lieues du portrait complaisant d’un don Juan."
Télérama


 

 

 



Remerciements à Carlotta Films